La famille Pappenheim de Schmalkalden était une épine dans le pied des nazis : Social-démocrate convaincu, le père de Günter Pappenheim, Ludwig, a été l’une des premières victimes de la dictature nazie. Les convictions et l’attitude de Günter ne correspondent pas non plus au concept de la « nationalsozialistische Volksgemeinschaft » (communauté du peuple nazi). En tant que survivant du camp de concentration de Buchenwald, Günter Pappenheim a non seulement été actif sur le plan politique jusqu’à sa mort en 2021, mais a également lutté contre l’oubli tout au long de sa vie.

Günter Pappenheim est né à Schmalkalden le 3 août 1925. Son père, Ludwig est un social-démocrate actif et engagé, rédacteur en chef du quotidien Volksstimme. Sa mère Frieda est également membre du SPD (parti social-démocrate d’Allemagne). Ludwig Pappenheim est arrêté après la prise de pouvoir des nazis en Allemagne en 1933. En tant qu’opposant politique, le père de Günter est l’une des premières victimes des nazis et est envoyé au camp de concentration de Breitenau. Il est assassiné par les nazis à Neusustrum, l’un des camps de l’Emsland, en 1934.

Frieda doit alors subvenir seule, avec beaucoup de difficultés, aux besoins de ses quatre enfants, car les nazis lui refusent une pension de veuve. En outre, Günter et ses frères et sœurs sont considérés comme des « métis du premier degré », car leur père, Ludwig, est issu d’une famille de commerçants juifs. Malgré tout, ils sont restés fidèles aux opinions politiques de leur père : ils ont refusé le salut hitlérien et n’ont pas rejoint les Jeunesses hitlériennes.

Après avoir quitté l’école, Günter a commencé un apprentissage de serrurier dans une fabrique d’outils à Schmalkalden. Il y a rencontré des travailleurs forcés venus de France et s’est lié d’amitié avec eux. Le 14 juillet 1943, jour de la fête nationale française, le jeune homme de 17 ans joue la Marseillaise à l’accordéon pour ses amis. Des collègues allemands l’ont alors dénoncé à la police secrète d’État. Il est immédiatement arrêté et conduit à la prison de Suhl. Là, il est maltraité et peu après, il est transféré au camp de travail de Gleichberg. 

Le 15 octobre 1943, il est finalement envoyé au camp de concentration de Buchenwald en raison de son « attitude anti-étatique », où il est désormais enregistré comme « prisonnier politique » et « métis du premier degré ». Il a également été noté qu’il était un prisonnier « Dikal », ce qui signifie qu’il ne pouvait être transféré dans aucun autre camp. Il a dû effectuer des travaux forcés dans l’usine d’armement Gustloff rattachée au camp et, plus tard, a travaillé en tant que repriseur. 

Politiquement actif – tout au long de sa vie

Günter a vécu la libération du camp de concentration par les troupes américaines le 11 avril 1945. Il a également fait partie des prisonniers libérés qui ont commémoré leurs camarades morts le 19 avril 1945 en prêtant le serment de Buchenwald et ont promis de se battre pour la condamnation des coupables et un avenir pacifique. Après un court séjour à l’hôpital, il a récupéré ses effets personnels le 30 avril et a repris le chemin vers Schmalkalden. Il y retrouve immédiatement une activité politique et, à partir de 1946, il est membre du SED (parti socialiste unifié d’Allemagne). En RDA, il a fait une carrière politique fulgurante. 

Dans l’installation médiatique, nous commémorons les victimes du régime nazi et projetons leurs noms dans le public, comme ici la fiche d’effets personnels de Günter Pappenheim. C’est notre façon de nous souvenir des personnes et des histoires qui se cachent derrière les noms.

En avril 2001, Günter Pappenheim a assumé la fonction de premier vice-président du Comité international Buchenwald-Dora et Commandos et, en 2005, il est devenu président de la Lagergemeinschaft Buchenwald-Dora e.V. En outre, il était membre du Comité fédéral des persécutés du régime nazi et du conseil d’honneur de la Fédération internationale des résistants. 

Lors de la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste, en janvier 2021, Günter Pappenheim a assisté à la lecture de son nom, parmi de nombreux autres, sur la façade l’ambassade de France à la porte de Brandebourg. À cette occasion, il a déclaré :

« C’est avec un grand plaisir et une grande satisfaction que j’ai appris l’existence de la projection lumineuse #everynamecounts sur la façade de l’ambassade de France à Berlin, où mon nom a également été projeté. La réalisation artistique m’émeut et m’impressionne beaucoup. Je remercie tous ceux qui ont permis à cette grande idée de se réaliser. »

Günter Pappenheim, Image: Stadt Weimar

Günter Pappenheim est décédé le 31 mars 2021 à l’âge de 95 ans. Peu avant sa mort, la ville de Weimar l’a nommé citoyen d’honneur pour l’œuvre de sa vie. Son accordéon est conservé dans la collection du Mémorial de Buchenwald.

https://www.buchenwald.de/1631/

https://liberation.buchenwald.de/en/what-remains/guenter-pappenheim

 

Participe dès maintenant !